top of page

"Ils choisiront plus tard"


Charles Delhez sj –


L'adhésion religieuse fut longtemps une question familiale et sociétale. Aujourd'hui, être né dans un milieu chrétien ne semble plus une garantie. Que d'enfants de familles profondément croyantes sont très à distance par rapport à la foi, voire en opposition avec elle. Sans doute sont-ils conditionnés par le climat culturel critique par rapport à toute religion, notamment celle qui fit l'Europe. Mais n'y a-t-il que cela ?

La situation majoritaire d'une religion devient tôt ou tard une convenance sociale dont on perd le sens. Par contre, les religions minoritaires transmettent mieux leur foi, révèle une récente enquête française (mars 2023). On y apprend que la transmission religieuse dans les familles catholiques est sensiblement plus faible que dans les familles juives ou musulmanes[1]. Une situation minoritaire est davantage préoccupée de se perpétuer.

Dans les familles catholiques, on a souvent pris distance par rapport à la régularité de la pratique et aux rites du quotidien. Or, ce qui n'est pas régulier finit par être oublié. « La leçon des 50 ou 60 dernières années, explique l'historien français Guillaume Cuchet[2], est que la culture chrétienne ne peut pas survivre indéfiniment sans la foi, les pratiques, les comportements qu’ils ont engendrés et qu’ils entretiennent. On peut faire sans, pendant une génération, deux à la limite, mais guère au-delà. »


Il fut un temps où, dans toutes les pièces des maisons chrétiennes, dans les magasins et même dans les restaurants, on pouvait voir quelque part un crucifix. Aujourd'hui, ils ont disparu. Détail, dira-t-on. Pas si sûr. La vie est faite de signes. Sans doute les parents ont-ils dû un jour expliquer à leurs enfants pourquoi ils avaient au doigt tous deux la même bague. Si jamais l'enfant ne voit un crucifix, posera-t-il la question – difficile, reconnaissons-le – du pourquoi Jésus est mort en croix ? Dans la culture juive, lors du repas de la Pâque, c'est le plus jeune qui inaugure le rite en interrogeant le père de famille sur le pourquoi de cette fête.

La prière en famille n'a-t-elle pas aussi été oubliée ? Quand les enfants sont petits, cela va encore, mais quand ils deviennent adolescents, les parents abandonnent en même temps qu'eux ! Il serait si simple, autour de la table familiale, de commencer le repas par une petite prière dont chacun, dans son intériorité, fera ce qu'il voudra.

La religion ne s'impose pas, elle se propose, mais on ne choisit que ce que l'on connaît. "Ils choisiront quand ils seront grands" est trop souvent une manière de se dispenser d'une éducation religieuse quitte à la laisser aux mains des grands-parents ou de la paroisse. Peut-être parce que cette éducation demanderait davantage de cohérence.

Ne réduisons en effet pas la foi à sa pratique culturelle. Elle est d'abord une manière de vivre, de s'engager. Est-on assez soucieux de cohérence évangélique ? Peut-être une certaine "radicalité", à l'opposé d'une tiédeur, est-elle aussi une condition de transmission. Si 76 % des musulmans disent que la religion a beaucoup ou assez d’importance pour eux et 39 % des autres chrétiens, seuls 27 % des catholiques cochent cette case.

Aujourd'hui, le christianisme de tradition fait place à celui de conviction. Or, ce qui est fade ne se transmet pas. Un plat sans goût ne donne pas l'envie de se resservir.

[1] 91% des personnes élevées dans des familles musulmanes et 84% dans des familles juives continuent à se revendiquer de la religion de leurs parents. Seuls 8% des catholiques fréquentent régulièrement un lieu de culte, contre un peu plus de 20% des autres chrétiens, des musulmans et des bouddhistes, et 34% des juifs. [2] Le catholicisme a-t-il encore de l’avenir en France ? Seuil, 2021.


Comentarios


bottom of page