Homélie du dimanche 1er mai 2022


Actes des Apôtres, 5, 27b-32.40b-41 ; Apocalypse, Jean, 5,11-14 ; Jean, 21,1-19


Cet évangile peut sembler un peu curieux car c’est le langage des amoureux… Et pourtant, c’est le type de relation que Jésus veut avoir avec nous et il a résumé tous les commandements en un seul : aimez-vous.

Cet amour tire sa source de l’amour qu’il y a entre Jésus et chacun de nous.

Il est très probable que Pierre devait d’une certaine manière douter de sa capacité d’aimer encore Jésus. Il a renié, pleuré, c’est-à-dire regretté ce qu’il a fait et sans doute devait-il se sentir pardonné par Jésus. Mais se pardonnait-il à lui-même ?

Le texte de l’évangile nous montre comment Jésus a éveillé le cœur de Pierre pour qu’il puisse se pardonner à lui-même. Pierre se savait pardonné de Jésus mais il fallait encore que quelque chose vienne éveiller cet amour qu’il pouvait avoir pour lui-même ou en d’autres termes, sa confiance en lui.

Jésus avait prophétisé que Pierre allait le renier trois fois et Pierre se souvient que Jésus a cette capacité de savoir ce que lui, Pierre a dans le cœur. Et si Pierre n’est plus tout à fait sûr d’être encore capable d’aimer Jésus, Jésus, Lui le sait et c’est ce que Pierre lui dit : Toi, Seigneur, tu le sais, tu sais tout car tu es prophète.

Il n’est pas si facile de recevoir le pardon. Souvenons-nous de l’enfant prodigue : lorsqu’il revient, le père se réjouit et organise la fête mais le fils a-t-il osé rentrer dans la salle et son cœur est-il parvenu à se réjouir, comme son père se réjouissait ?


Notre besoin d’être rassurés

Nous avons besoin d’être rassurés sur notre capacité à aimer et heureusement, un autre nous rassure. Jésus le fait vis-à-vis de Pierre et le confirme : tu es Pierre et sur cette pierre, j’ai voulu bâtir mon église. Cette pierre était défaillante et a vacillé mais je te confirme : Sois le berger de mes brebis. Tu es berger, tu es pasteur c’est-à-dire que tu vas pouvoir de manière exceptionnelle faire en sorte que ceux qui te sont confiés, pourront aussi faire l’expérience d’être pardonnés et d’être rassurés qu’ils sont capables d’aimer. Car pour aimer, on ne peut donner que ce que l’on a reçu, c’est-à-dire de l’amour.

Pierre sait qu’il a reçu l’amour de Jésus et que son reniement n’a pas pu couper la relation viscérale qu’il a avec Lui.

Demandons au Seigneur de nous rassurer dans notre capacité à continuer à aimer parce que cela ne vient pas de nous mais de Dieu et Il nous en donne la force, si nous Lui demandons cette grâce.


Résumé de l’homélie sur la base des notes prises par Huguette Dardenne.